L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour expliquer l'apparition de la vie

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Dieu existe-t-il ? (nouvelle version)
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour expliquer l'ajustement des lois de l'univers
L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour expliquer l'apparition de la vie
L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour expliquer la création, l'adaptation et la complexité des espèces
L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour expliquer le langage humain
L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour expliquer l'existence de la conscience
L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour rendre compte du plan d'ensemble du monde
L'ordre et la complexité du monde supposent un créateur pour expliquer l'existence des lois de la nature
Dieu est une explication inexplicable
L'ordre et la complexité du monde s'expliquent par la science
La notion d'ordre est une projection de l'esprit humain
Le monde n'est pas ordonné mais chaotique
Postuler un Dieu créateur est une vision anthropomorphique
.

Présentation de l'argument

On constate que la vie existe, mais on ne sait pas expliquer le passage de l'inerte au vivant. Ainsi, on n'a jamais pu reconstituer au laboratoire un tel passage. Par ailleurs, les combinaisons biologiques demandées par réussir l'apparition de la vie à partir de la « soupe primitive » sont très complexes et hautement improbables. Cf. Fred Hoyle

Citations

« Sais-tu que la science ne sait toujours pas expliquer et ni même définir ce qu’est la vie, son essence, ni d’où elle vient ? Qu’est-ce qui anime d’un « souffle » nos cellules et où part la vie quand elle « quitte » définitivement notre corps ? La vie est donnée. Nous sommes bien obligés de le constater et là dessus tout le monde est d’accord. Donnée par qui ? »

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

L'existence de la vie n'est pas une nécessité

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

L'apparition de la vie n'est pas un évènement improbable à l'échelle de l'univers

Page détaillée
Il existe un très grand nombre de planètes favorables à la vie
[ Modifier ]
« On a estimé à entre un et trente milliards le nombre de planètes dans notre galaxie, et à environ cent milliards celui des galaxies dans l’univers. En supprimant quelques zéros par simple mesure de prudence, on estime raisonnablement à un milliard de milliards le nombre des planètes disponibles dans l’univers. Maintenant, supposez que le début de la vie, l’apparition spontanée d’un équivalent de l’ADN, ait été vraiment un événement improbable complètement stupéfiant ; si improbable qu’il ne s’est produit que sur une planète sur un milliard. Un organisme de financement éclaterait de rire si un chimiste lui disait que les chances de réussite de sa recherche n’étaient que de une sur cent. Or ici, nous parlons d’une chance sur un milliard. Et pourtant… même avec une chance aussi absurdement infime, la vie n’en sera pas moins apparue sur un milliard de planètes, dont la Terre, bien entendu. Cette conclusion est si étonnante que je la répète. Si les chances que la vie apparaisse spontanément sur une planète étaient d’une sur un milliard, malgré tout, cet événement d’une improbabilité stupéfiante se produirait sur un milliard de planètes. »
Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, Robert Laffont, Paris, 2008.

L'existence de la vie s'explique par des mécanismes physico-chimiques hasardeux

Aucun résumé ni citation n'a été entré.

L'hypothèse d'un Dieu est encore plus improbable que celle de l'apparition de la vie

Page détaillée
L'hypothèse d'un Dieu est encore plus improbable que celle de l'apparition de la vie
[ Modifier ]
« Fred Hoyle disait que la probabilité que la vie ait commencé sur la Terre n’est pas plus élevée que la chance qu’un ouragan balayant une décharge assemble par bonheur un Boeing 747. D’autres ont repris cette métaphore pour l’appliquer – avec un semblant de pertinence – à l’évolution plus tardive des corps complexes vivants. La forte improbabilité pour que s’assemblent à partir de composants pris au hasard un cheval, un coléoptère ou une autruche en parfait état de marche se situe dans le domaine du 747. [… ] Si improbable statistiquement que soit l’entité que vous cherchez à expliquer en invoquant un concepteur, le concepteur lui-même doit nécessairement être au moins aussi improbable. Dieu est l’ultime Boeing 747. »
Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, Robert Laffont, Paris, 2008.

Le fait que la théorie darwinienne ait réussi à rendre compte de la complexité du vivant sans postuler un créateur devrait nous inciter à faire de même vis-à-vis de l'apparition de la vie

Page détaillée
Le fait que la théorie darwinienne ait réussi à rendre compte de la complexité du vivant sans postuler un créateur devrait nous inciter à faire de même vis-à-vis de l'apparition de la vie
[ Modifier ]
« Si l’on a bien compris le darwinisme, on a appris à se méfier du présupposé facile que le dessein est la seule alternative au hasard, et à repérer les étapes lentes et progressives qui marquent l’augmentation de la complexité. Avant Darwin, des philosophes comme Hume ont compris que l’improbabilité de la vie ne signifiait pas qu’elle émanait nécessairement d’un dessein, mais ils ne pouvaient pas imaginer cette alternative. Après Darwin, l’idée même de dessein devrait éveiller nos soupçons. L’illusion de dessein est un piège qui naguère en a attrapé plus d’un, alors qu’aujourd’hui nous devrions être immunisés par la prise de conscience que nous offre Darwin. »
Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, Robert Laffont, Paris, 2008.

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent