Il ne faut pas regretter le temps où la classe ouvrière était unifiée par les organisations staliniennes

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de La classe ouvrière est trop hétérogène
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
La classe ouvrière n'a jamais été homogène
Il ne faut pas regretter le temps où la classe ouvrière était unifiée par les organisations staliniennes
De nouvelles façons d'unifier la classe ouvrière sont possibles
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Objecter que la distance entre privé et public, précaires et titulaires d’un CDI, que la différenciation accrue au plan matériel (échelle des salaires) comme spatial (la fin des grandes concentrations ouvrières) serait un obstacle insurmontable à la formation d’une conscience commune, etc., c’est tout simplement regretter un temps mythique où la classe ouvrière était unifiée et puissante (après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à 68). Temps mythique au sens où cette unité puissante, c’était l’unité produite par les organisations staliniennes, qui en réalité l’ont encadrée et contenue, et lui ont façonné une subjectivité réformiste mise à mal aujourd’hui. »
Courant communiste révolutionnaire du NPA, La classe ouvrière en France : Mythes & réalités, n°2, Cahiers de Révolution permanente, mai 2014.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]