Il faut reconvertir l'ancienne usine EIF des Murs à pêches de Montreuil

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument CONTRE dans le débat Faut-il préserver les Murs à pêches de Montreuil ?
.

Présentation de l'argument

Soumise au concours « Inventons la métropole du Grand Paris », l'ancienne peausserie EIF a fait l'objet d'un projet de reconversion qui permettrait de mettre en place un pôle d'activité dédié à l'économie sociale et solidaire et de construire de nouveaux logements.

Citations

« La reconversion de l’usine EIF et de ses abords présente un fort enjeu de régénération urbaine, au sein d’un ensemble paysager unique. La transformation du site de 1,9 ha sera un catalyseur de la valorisation patrimoniale, culturelle et agricole du quartier des Murs-à-Pêches, territoire emblématique de l’histoire horticole du plateau de Montreuil. A l’articulation de quartiers d’habitat social, de lieux de détente et d’équipements structurants, il bénéficiera de nouvelles mobilités avec les prolongements de la ligne de tramway 1 et des lignes de métro 1 et 11, renforçant son attractivité à l’échelle métropolitaine. »
Atelier parisien d'urbanisme, « Reconversion de l'usine EIF (abords Murs à pêches) ».
« Le passage du futur tramway, qui empruntera le tracé actuel de l’autoroute, outre son intérêt propre de transport en commun, est un enjeu pour relier le haut et le bas Montreuil grâce à des voies perpendiculaires reconnectées et des aménagements sur les délaissés de l’ancienne autoroute et autour des futures stations. L’équipe municipale prévoit la création d’un écoquartier le long du passage du tramway, qui rejoindra celui des murs à pêches au niveau des stations Rosny/Mozinor et Théophile Sueur dans sa continuité à la hauteur de la rue Pierre de Montreuil. »
Manuel Martinez, Pierre Desgranges, Patrick Petitjean, « Commission extra-municipale sur l’aménagement du secteur des murs à pêches », janvier 1970.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

Un terrain qui recoupe des parcelles classées

Page détaillée
Le terrain de l'ancienne usine EIF recoupe des parcelles classées
[ Modifier ]
« D’après l’élu [le député PS Razzy Hammadi], la municipalité a passé certains éléments sous silence. Le candidat socialiste s’appuie sur un courrier du préfet datant du 10 mai : le représentant de l’Etat dit avoir « été alerté par l’architecte des bâtiments de France » du fait que « le terrain proposé […] recoupe le site classé sur deux parcelles (NDLR : soit 0,27 ha) » et qu’une autorisation doit être obtenue avant tous travaux. »
« Incompétence ? Maquillage ? Le classement « patrimoine » des parcelles concernées n’était nullement indiqué dans le cahier des charges (https://mursapeches.files.wordpress.com/2017/02/appel-acc80-projets-eif-ilovepdf-compressed.pdf). Bien au contraire, en qualifiant la zone « d’abords des murs à pêches », il s’agissait de dissimuler la vente d’un patrimoine protégé. C’était sans compter la vigilance du Conseil de Quartier, des associations, du Député et du Préfet. »
Association Murs à pêches, « EIF, « porte de sortie » des Murs à Pêches ? », 9 juin 2017.

Une usine classée parmi les monuments industriels

Page détaillée
L'ancienne usine EIF est classée parmi les monuments industriels
[ Modifier ]
« « Certes le concours va apporter des capitaux mais cela va aussi détruire du patrimoine. Il faut que le Grand Paris investisse le lieu mais pour en faire un site d’exception. Est-ce que l’on va construire au château de Versailles ? Non », s’agace Pascal Mage de l’association des murs à pêches. »
Elsa Marnette, « Montreuil : les riverains craignent un nouveau grignotage des Murs à pêches », Le Parisien, 5 février 2017.

Un projet qui prépare les opérateurs privés à faire ce qu'ils veulent dans les prochaines années

Page détaillée
Le projet de reconversion de l'usine EIF prépare les opérateurs privés à faire ce qu'ils veulent des Murs à pêches de Montreuil
[ Modifier ]
« L’appel à projets mentionne en effet la possibilité de construire des logements sur le site et de « mettre le plan local d’urbanisme de la ville en compatibilité avec le projet retenu ». « Comme il y a cession des terrains à un opérateur privé, il pourra faire ce qu’il veut dans cinq ou dix ans », s’inquiète Bernard Lelièvre du conseil de quartier. »
Elsa Marnette, « Montreuil : les riverains craignent un nouveau grignotage des Murs à pêches », Le Parisien, 5 février 2017.

Ce n'est pas aux promoteurs privés de choisir ce qui doit être fait de notre environnement

Page détaillée
Les promoteurs privés ne doivent pas pouvoir décider de l'avenir des Murs à pêches de Montreuil
[ Modifier ]

Le promoteur du projet, Bouygues, est une multinationale qui cherche avant tout à faire du profit en bétonnant. Ce n'est pas aux opérateurs privés de décider de ce qui doit être fait d'un patrimoine historique comme les Murs à pêches. Le terrain doit rester entre les mains des collectivités publiques.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent