Il faut préserver les Murs à pêches de Montreuil pour préserver un espace vert à côté de Paris

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Faut-il préserver les Murs à pêches de Montreuil ?
.

Présentation de l'argument

Le site des Murs à pêches est un coin de nature à seulement six kilomètres du périphérique parisien. Lieu sauvage, havre de paix, les Murs à pêches sont un espace idéal pour se dépayser, se déconnecter de la ville et se ressourcer. Paris offre très peu d'espaces verts comparé aux autres capitales européennes. À l'heure de la bétonisation continuelle des paysages, il est capital de maintenir ce « poumon » de verdure pour les Montreuillois et les habitants des villes alentour.

Citations

« La ville de Montreuil se trouve ainsi dotée d’un espace non bâti approchant les 30 hectares en cœur de ville, pourvu d’une identité paysagère unique. Le cumul identité paysagère remarquable et territoire non bâti en cœur de ville n’existe pratiquement pas en situation urbaine ou périurbaine dans les villes de France. La Petite Amazonie au cœur de Nantes, le Bois de Boulogne au cœur de Lille ou les Fortifications Vauban de Maubeuge trouvent leur origine dans un passé militaire ou dans une longue histoire de délaissée (Nantes). La production vivrière ayant créé le paysage de Montreuil ne trouve donc aucun équivalent paysager urbain. Dans une perspective protectionniste, cette seule raison suffirait à entreprendre les démarches qui permettent de restaurer et de maintenir ce paysage. »
Association Murs à pêches, « Le point de vue de Gilles Clément, paysagiste, sur les Murs à pêches », 2009/01/10.
« Aujourd’hui, sauvegarder l’environnement et assurer une meilleure maîtrise de la consommation des espaces verts et agricoles sont des objectifs partagés par le Conseil Régional, l’État et le Conseil Économique et Social de la Région Île-de-France. Au sein d’une agglomération toujours plus dense, il est nécessaire de protéger durablement les espaces ouverts pour y « reconstruire » de l’espace public, accessible à tous.

Cela est particulièrement vrai pour le département de la Seine-Saint-Denis qui manquent cruellement de sites protégés et aménagés pour les populations les plus diverses et les plus démunies. La Seine-Saint-Denis ne compte en effet que deux sites classés (Parc Forestier de la poudrerie de Sevran et les Murs à Pêches), quand le reste de l’Île-de-France en compte 111.

Accéder à la nature en ville, c‘est aussi développer un imaginaire urbain de qualité, solidaire, a contrario de celui qui est lié au pavillonnaire. Ici, nous avons la chance de pouvoir créer un pôle de tourisme agricole et culturel dans des parcelles cultivées de murs à pêches restaurés, en partenariat avec la Région, les arboriculteurs franciliens et les organismes qui œuvrent dans les domaines culturel, pédagogique, patrimonial et environnemental. »
« [N]ous ne saurions oublier que la vie humaine est aussi évasion, rêve, poésie, déambulation, flânerie, errance, émerveillement devant une libellule, sieste à l’ombre d’un arbre, flirt au soleil, amour. Le domaine des Murs à pêches est exactement ce que l’univers marchand n’a pas réussi à dérober à la ville. Aussi bien, nous ne céderons pas sur ce qui est le cœur de notre engagement. TOUT ce qui n’a pas été urbanisé, tout ce qui n’a pas été massacré par le béton et l’urbanisme fou des années 60 doit être conservé. »
Association Murs à pêches, « Ce que nous voulons ».
« Certains habitants de ce quartier le perçoivent comme un espace rural en ville et souhaitent que cette spécificité soit conservée. Un espace de nature au pied des cités, un paysage qui permet de « s’échapper » de la ville : le labyrinthe des murs permet de passer d’un monde à un autre, d’envisager plusieurs mondes différents. Cet aspect doit être valorisé ainsi que des projets portés par les habitants des quartiers de grands ensembles voisins. »
Manuel Martinez, Pierre Desgranges, Patrick Petitjean, « Commission extra-municipale sur l’aménagement du secteur des murs à pêches », avril 2009.

« D’abord et avant tout, la douceur, le calme et la paix, mots très souvent exprimés. Cet espace constitue un véritable refuge contre toutes les agressions que nous subissons. Nos adhérents y associent les termes suivants : ressourcement individuel, silence, sons de la nature, intimité, respect, paix et tranquillité – sérénité et détente –, lieu sauvage, magie des lieux – charme et poésie –, mémoire de l’enfance, espace de respiration hors du temps. Espace de liberté au milieu de l’enfer urbain. Le périmètre des murs est un immense jardin d’aventure plein de surprises. »

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

Une préoccupation de bobos

Page détaillée
La défense des Murs à pêches est une préoccupation de bobos
[ Modifier ]

Défendre un lieu de « nature », de « silence » et de « ressourcement »... Il s'agit bien là d'une préoccupation de bobos déconnectés des besoins des habitants du quartier, qui ne fréquentent d'ailleurs quasiment pas les Murs à pêches. Il y a des priorités dans l'aménagement du Haut-Montreuil : des logements, des services de proximité, des commerces, des lieux de divertissement, etc.

Les Murs à pêches ne sont assez ouverts au public et sont le plus souvent fermés

Page détaillée
Les Murs à pêches ne sont assez ouverts au public et sont le plus souvent fermés
[ Modifier ]

Les Murs à pêches sont fermés au public, à l'exception du dimanche entre 14h30 et 16h30, et de certains évènements dont le festival des Murs à pêches, ouvert trois jours consécutifs le week-end de la Pentecôte. Le site ne peut donc avoir la vocation d'être le « poumon de Paris », tel que ses défenseurs le revendiquent (ou alors seulement pour la minorité qui y a accès).

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]


Débat parent