Il faut limiter la liberté d'expression pour lutter contre le racisme

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit. Compte tenu des effets constatés du racisme au cours des siècles, les propos racistes sont intolérables.

Citations

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

Il ne faut pas confondre discours et actes

Page détaillée
Il ne faut pas confondre discours et actes
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ Modifier ]

Les actes racistes relèvent de la loi, car ils comportent des discriminations bien définies. Mais les propos racistes sont des opinions, aussi détestables soient-elles. Une opinion peut être fausse, néfaste, vulgaire, dangereuse, moralement intolérable, etc. Interdire le discours raciste, c'est créer un délit d'opinion.

L'interdiction ne fait pas reculer le racisme

Page détaillée
L'interdiction du racisme est inefficace
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ Modifier ]

Les lois antiracistes n'empêchent pas le racisme. Au contraire, depuis la promulgation de la loi Pleven, les discours et les actes racistes ont continué à progresser dans la société.

La lutte contre le racisme s'étend à tout et n'importe quoi

Page détaillée
La lutte contre le racisme s'étend à tout et n'importe quoi
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ Modifier ]

Le Petit Larousse, dans son édition de 2003, témoignait déjà d’un glissement dangereux : « Racisme : 2. attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Racisme envers les jeunes. » L’exemple fourni est, à la rigueur, passable (on n’a pas choisi d’être jeune), mais la définition, trop vague, autorise toutes les ambiguïtés : qu’est-ce qu’une « catégorie déterminée de personnes » ? Avec une définition aussi large, on pourra interdire certains sketches de Coluche, qui attaquaient des « catégories déterminées de personnes » comme les flics, les alcooliques ou les anciens combattants. La secte de Raël a voulu porter plainte pour racisme quand on la critiquait ; d'autres brandissent le racisme anti-vieux, anti-femmes, anti-pitbulls, anti-riches, anti-chrétiens, etc. La notion de racisme, dès qu'elle s'applique à autre chose qu'à un discours sur l'inégalité supposée de soi-disant races, autorise n'importe quel glissement. Tout le monde finit par se dire victime de racisme.

Il faut lutter contre les véritables causes du racisme

Page détaillée
Il faut lutter contre les véritables causes du racisme
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ Modifier ]
La prolifération de lois contre le racisme sert à masquer les vrais problèmes : inégalités sociales, précarité, chômage de masse, etc. On s'attaque à un symptôme (les propos racistes) au lieu de s'attaquer aux causes.
« La scandaleuse hypocrisie de nos sociétés consiste à promulguer des lois contre les propos racistes, xénophobes, sexistes, terroristes, haineux sans obvier à la banalisation de l’horreur que constitue le fétichisme de l’argent, d’où découle partout dans le monde l’indigne traitement des femmes, des hommes, des enfants, de la faune et de la flore. Il s’agit en l’occurrence d’exonérer spectaculairement, par des mesures abstraites, voire démagogiques, une politique criminogène. »
Raoul Vaneigem, Rien n'est sacré, tout peut se dire, p.30, La Découverte, 2003.

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]


Débats parents