Il faut construire des ateliers de maintenance du tramway dans les Murs à pêches de Montreuil

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument CONTRE dans le débat Faut-il préserver les Murs à pêches de Montreuil ?
.

Présentation de l'argument

Le projet de prolongation de la ligne 1 du tramway nécessite la construction d'ateliers de maintenance sur une surface d'environ deux hectares. Cette surface ne peut être prise que sur une partie des Murs à pêches.

Citations

« Pour le fonctionnement du tram et donc pour la réalisation du projet, des ateliers de maintenance et de remisage doivent êtres aménagés par la RATP à la hauteur du passage sur Montreuil. Ces ateliers, qui doivent être conçus pour ne pas créer de nuisances pour le voisinage et pour se fondre dans le paysage, représentent en revanche une consommation importante de surface, environ deux hectares. »
Manuel Martinez, Pierre Desgranges, Patrick Petitjean, « Commission extra-municipale sur l’aménagement du secteur des murs à pêches », janvier 1970.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Les emplacements proposés ne conviennent ni à la RATP ni aux associations

Page détaillée
Les emplacements proposés pour les ateliers de maintenance du tramway à Montreuil ne conviennent ni à la RATP ni aux associations
[ Modifier ]
« Proposé par des études antérieures dans le secteur des murs à pêches le long de la rue Maurice Bouchor, à la place actuelle d’AFOR TP et des jardins du cœur, l’emplacement qui leur avait été réservé ne correspondait ni aux besoins de la RATP car ne permettant pas d’entreposer suffisamment de rames, ni à la municipalité qui aurait préféré les installer ailleurs que dans les murs à pêches et si possible les enterrer pour ne pas perdre de surface pour d’autres projets. La ville a donc proposé de tester d’autres emplacements, notamment hors des murs à pêches, le long et sous les voies du tram.

Les options enterrées et en dehors du secteur ont à regret du être rejetées car elles impliquaient notamment la création de longues trémies qui recréaient des ruptures importantes. Parmi les nouveaux emplacements étudiés, c’est finalement l’option située entre les rues Maurice Bouchor et Saint Antoine qui, par défaut, correspond le mieux à un aménagement du quartier permettant sa découverte et la préservation du paysage car elle est en bordure de secteur et ne crée pas de rupture du paysage en son centre, c’est aussi la moins consommatrice de surface. Le défi de cet aménagement est son intégration dans le paysage et les projets attenants ou la création de continuités : parc aquatique notamment et abords de la rue Saint Antoine. Les ateliers devront autant que possible avoir des hauteurs limitées en bordure de Saint Antoine et ne pas être « collés » à la rue. Ses toits pourraient permettre de développer des activités liées au parc aquatique par exemple avec un point de vue sur les murs à pêches.

L’option proposée sur l’échangeur rue de Rosny reste toutefois une alternative à étudier, dans la mesure où l’option de maintenir la tranchée serait envisagée, les ateliers s’abaisseraient alors au niveau de la tranchée. Mais il est rappelé que ce secteur est celui qui offre une des meilleures vues sur les murs à pêches ainsi qu’une opportunité de développement autour de la future station de tram et qu’il serait dommage de le dédier à des ateliers. Les membres de la commission se sont situés entre résignation et rejet de ces deux options. Aucune n’est satisfaisante pour la mise en valeur du quartier. Elles ne sont envisageables que si la seule solution pour permettre l’arrivée du tram est une implantation des ateliers dans cette zone. Elle suggère que de nouvelles études soient entreprises pour localiser cette implantation en dehors du quartier. »
Manuel Martinez, Pierre Desgranges, Patrick Petitjean, « Commission extra-municipale sur l’aménagement du secteur des murs à pêches », avril 2009.

Un aménagement qui va occuper trop d'espace

Page détaillée
L'aménagement des ateliers de maintenance du tramway dans les Murs à pêches de Montreuil va occuper trop d'espace
[ Modifier ]
« L’accueil des ateliers du tramway dans le site pose problème, tant par leur surface qui limitera la déambulation dans le site que par la hauteur du bâti qui ne permettra pas une intégration discrète dans le paysage. Toutes les solutions permettant d’implanter les ateliers du tramway en dehors du site, y compris la modification du tracé, devront être étudiées. »
Jacques Brunet, Gilles Clément, Véronique Ilié, Cathy Lamry, Manuel Pluvinage, « Contribution à la commission extra-municipale des murs à pêches », 7 avril 2009.

Un aménagement qui ne s'intègre pas au paysage

Page détaillée
L'aménagement des ateliers de maintenance du tramway dans les Murs à pêches de Montreuil ne s'intègre pas au paysage
[ Modifier ]
« Les ateliers du tramway viendraient dénaturer le site des murs à pêches, alors que celui-ci est destiné à devenir un emblème de l’histoire de Montreuil, une ressource en matière écologique à l’heure des dérèglements climatiques et des pertes de biodiversité, un lieu touristique et patrimonial d’exception, et le cœur identitaire des « Hauts de Montreuil ». Les habitants, usagers et associations locales demandent donc que soit recherché un emplacement hors du site patrimonial des Murs à Pêches pour l'installation de ces ateliers. »
« L’accueil des ateliers du tramway dans le site pose problème, tant par leur surface qui limitera la déambulation dans le site que par la hauteur du bâti qui ne permettra pas une intégration discrète dans le paysage. Toutes les solutions permettant d’implanter les ateliers du tramway en dehors du site, y compris la modification du tracé, devront être étudiées. »
Jacques Brunet, Gilles Clément, Véronique Ilié, Cathy Lamry, Manuel Pluvinage, « Contribution à la commission extra-municipale des murs à pêches », 7 avril 2009.

Un projet qui va à l'encontre de la volonté des habitants

Page détaillée
L'aménagement des ateliers de maintenance du tramway dans les Murs à pêches de Montreuil va à l'encontre de la volonté des habitants
[ Modifier ]
« La perspective de l’implantation de cette structure va à l’encontre de la volonté des habitants, usagers et associations. Jouissant d’un fabuleux écho médiatique dû à son glorieux passé, le quartier suscite un fort intérêt de la part des milliers de Montreuillois(e)s très attaché(e)s à leur patrimoine et qui le fréquentent régulièrement (Festival des Murs à Pêches, Journées du patrimoine, etc.). Les habitants, usagers et associations locales défendent la mise en œuvre d’autres projets d’envergure en synergie avec ce site naturel d’exception (environnementaux, agricoles, culturels, sociaux, économiques, pédagogiques…), et en conséquence la sauvegarde de ces terres cultivables et de ce paysage unique constitutifs du patrimoine horticole montreuillois. »

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent