Il est inhumain de rester indifférent au sort des migrants

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

Refuser les migrants, c'est nier l'unité et l'égalité des humains. L'humanité est une. Il n'y a pas de raison fondamentale à ce que quelqu'un soit refusé à une frontière. Si dans son pays, il est pauvre et/ou persécuté, ou victime de guerre, il est inhumain de l'empêcher d'aller dans un pays où il vivra un minimum en sécurité et pourra se nourrir. Refuser l'entrée des migrants, c'est supposer qu'il n'y a pas unité du genre humain, que tout le monde n'a pas le droit à un minimum décent mais que les meilleures terres et les meilleurs pays appartiennent à certains privilégiés, et que les autres peuvent mourir.

Citations [ modifier ]

« Depuis vingt ans, selon les données concordantes collectées par plusieurs associations humanitaires, près de 20 000 personnes sont mortes au pied de ces murailles [de l’Europe]. Non seulement par noyade, les plus nombreuses, mais aussi de soif, de faim ou de froid, étouffées ou asphyxiées dans les doubles parois d'un camion ou au fond d'un conteneur, écrasées en traversant la route ou en tombant d'un véhicule, assassinés au cours de leur périple. Et cette comptabilité macabre ne tient compte ni de tous ceux qui sont morts bien avant d'arriver aux diverses frontières de l'Europe, dans les déserts ou les montagnes des pays de transit, ni de tous ceux, encore plus nombreux, qui ont disparu sans laisser de trace. »
Lutte ouvrière, « L’immigration dans l’Europe en crise », Cercle Léon Trotsky, 24/01/2014.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Pour des raisons humanistes, on peut déplorer les migrations

Page détaillée
Pour des raisons humanistes, on peut déplorer les migrations
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
« C'est une nouvelle prise de position pour le moins étonnante. Interrogé ce vendredi sur RTL, Jean-Luc Mélenchon, a estimé ce vendredi matin qu'accueillir les réfugiés n'était «pas la réponse au problème». «Le vrai réalisme, c'est de bloquer les causes du départ. C'est pas d'empêcher les gens d'arriver, c'est de les dissuader de partir», a-t-il martelé. «Les Français sont plus intelligents que ne le croient leurs élites. Ils ont parfaitement compris, ils sont tous d'accord pour accueillir des réfugiés aujourd'hui - et je dis qu'il faut le faire parce que nous n'avons pas le choix, on ne va pas les rejeter à la mer! Mais les gens (...) savent que si on commence comme ça on devra continuer d'année en année et ça n'a pas de sens!», s'est alarmé l'ancien candidat à la présidentielle, tandis que la France s'est engagée à accueillir 24.000 réfugiés sur deux ans. »

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent