Faut-il supprimer les frontières ? (nouveau)

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Pour comprendre le débat

Définitions de frontière

« Une frontière est un espace d'épaisseur variable, de la ligne imaginaire à un espace particulier, séparant ou joignant deux territoires, en particulier deux États souverains. Les fonctions d'une frontière peuvent fortement varier suivant les régions et les périodes. Entre les pays de l'Espace Schengen, elle n'est qu'une limite politique et juridique ne faisant pas obstacle à la circulation des personnes et des biens. Entre les deux Corées, elle est matérialisée par une large bande surveillée militairement et son franchissement est très restreint, tandis qu'entre le Maroc et l'Algérie, elle est ouverte (non officiellement) d'un côté mais fermée à la circulation de l'autre, ce qui veut dire qu'on peut aller en Algérie, mais qu'on ne peut pas revenir au Maroc. »
Wikipédia, « Frontière ».
« Il y a frontière lorsque se confrontent des systèmes territoriaux identifiés par leur propre système de normes (culturels, juridiques, etc.). Ceci est bien le cas des États avec leur fonctionnement institutionnel, leur maillage, etc. Mais cette définition peut être élargie à d’autres systèmes territoriaux en émergence. De nouvelles pistes s’ouvrent alors aux chercheurs dans un contexte de crise des États et d’émergence de nouveaux pouvoirs (d’ordre économique, institutionnel ou social). On peut dès lors suggérer que les frontières apparaissent sous d’autres formes que la ligne, comme le point (un port ou un aéroport), la zone ou le front. La représentation classique de la frontière (la ligne) est alors bouleversée. Une nouvelle piste de recherche consisterait alors à proposer de nouveaux modes de représentation de ces frontières aux formes inédites. »
Bernard Reitel, « Frontière », Hypergéo.

Histoire de la notion de frontière

« Le sens attribué au mot « frontière » a évolué tout au long de l'histoire de l'humanité, et il n'a pas été le même d'une époque à l'autre. Différentes notions rentrent dans son champ qui concernent un spectre aussi large que l'histoire, la sociologie, anthropologie, le droit international ou la science politique par exemple. Le terme de frontière est marqué par un symbolisme fort, basé sur des connotations telles que barrière ou jonction. Dans le système international actuel, qui se caractérise par la coexistence d'environ 200 États, le nombre de frontières actuelles doit être également multiplié par centaines. D'un autre côté, la notion d'un monde « sans frontières » fait son apparition. Selon Lucien Febvre le mot « frontière » apparaît en français au XIIIe siècle. C'est alors un « adjectif dérivé de front », pour la « zone-frontière » on utilisait le mot « fins », la ligne était la « borne » ou la « limitation ». Au XVIe siècle, le mot « frontière » prend son sens actuel. »
Wikipédia, « Frontière ».
« Ce que l’on peut retenir de ces vingt dernières années dans les approches proposées par les géographes, c'est qu’ils envisagent la frontière comme un objet complexe permettant aussi de cerner les grandes mutations contemporaines comme : effacement des frontières au sein de la Communauté européenne ; l’apparition de nouvelles frontières entre pays riches et pays pauvres ; le surgissement de nouvelles discontinuités linguistiques, culturelles ; les frontières à l’épreuve des mobilités des individus, bien sûr, mais aussi des mobilités virtuelles via l'Internet. Ces mutations invitent finalement à décentrer le regard des seules frontières nationales, internationales et à aller vers d’autres frontières, discontinuités plus floues, moins pesantes car moins institutionnalisées »
Hélène Velasco-Graciet, « Géographie et frontières », Géoconfluences.

Actualité du débat

La question des frontières est actuelle mais on pourrait aussi dire qu’elle est toujours d’actualité dans la mesure où tout au long de l’histoire, elle est source de conflits, de négociations, d’accords, de conventions et d’échanges entre les hommes et que l’homme s’est déplacé et a eu à franchir des frontières quelles que soient l’étanchéité de celles-ci ou leur nature. Aujourd’hui elle est au centre de l’actualité à cause des mouvements migratoires engendrés par des situations de guerre, par des régimes dictatoriaux, par les profondes inégalités entre les pays et la misère de certains d’entre eux. Après un mouvement d’ouverture des frontières, on assiste aujourd’hui à un mouvement de fermeture, notamment en Europe où les frontières de l’espace Schengen sont de plus en plus étanches. Cela crée de nouveaux points de tensions. Ces derniers mois, les médias ont régulièrement évoqué la situation des migrants en Libye qui ont été réduits à l’état d’esclaves, des milliers de migrants morts en essayant de traverser la Méditerranée, de la construction de murs pour fermer complètement certaines frontières ou encore de la fermeture des frontières comme argument de campagne politique.

Enjeux généraux

L’intitulé du débat, s’il est radical, permet néanmoins de réfléchir à la question de l’ouverture ou la fermeture des frontières. S’interroger sur la suppression des frontières ou leur ouverture/fermeture, c’est aussi s’interroger sur la question de la liberté de circulation et sur les phénomènes migratoires subis ou choisis. En d’autres termes, cela revient à se demander s’il faut privilégier la sécurité d’un Etat à la liberté de circuler d’un individu. Cela pose aussi la question de l’identité culturelle des Etats, de leur contexte social de crise économique face à la situation humanitaire d’individus qui quittent leur pays pour survivre ou pour simplement espérer vivre mieux.
Voir aussi : Frontière sur Wikipédia.

Carte des arguments

POUR
CONTRE

L'homme est un citoyen du monde
Un monde sans frontières serait un monde en paix
L'humanité est une
Les frontières entravent la libre circulation des individus

Arguments POUR

Les frontières entravent la libre circulation des individus

La liberté de circulation est un droit de l'homme

Les hommes sont égaux peu importe leur pays d'origine. Si un homme mène une vie calme dans un pays protégé, l'homme qui en revanche vit dans un pays où sa sécurité est mise en danger devrait être en droit de quitter son pays afin de vivre une meilleure vie dans le pays qu'il souhaite. Un pays devrait accueillir l'immigré et celui-ci devrait avoir le même droit de circulation qu'un immigré originaire d'un pays ayant une certaine stabilité économique et politique.
« Article premier : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. [...]

Article 13 : 1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.

2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. »
Comité de rédaction de l'ONU, « Déclaration universelle des droits de l'homme », 1948.

Les murs frontaliers sont une atteinte aux droits de l'homme

La construction des murs entrave le respect du droit de circulation et entraîne la négation d'autres droits. A cause de ces murs, les immigrés dépensent tous leurs revenus afin de les traverser. Ils se retrouvent donc dans des situations déplorables et sont victimes d'humiliations. Par exemple, en Libye, des immigrés sont vendus en tant qu'esclaves.
« La frontière américano-mexicaine qui court sur 3200 km est la plus traversée du monde. À partir de 1994, date d’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, elle a été progressivement renforcée par la construction d’un mur qui fait aujourd’hui près de 1700 km de long. Les événements du 11 septembre 2001 ont abouti à l'adoption du Secure Fence Act et l’augmentation de 145 % du budget consacré à la sécurité frontalière. Le mur se double d’une surveillance vidéo, de patrouilles et même de survol par des drones. Le renforcement de la surveillance de cette frontière pousse les migrants à tenter le passage dans l’immensité du désert d’Arizona et du Texas où des milliers de cadavres ont été retrouvés. Selon Enrique Morones, de l’ONG Border Angels, 10 000 clandestins y ont laissé leur vie depuis 1994. La majorité des candidats à la traversée sont des hommes, mais il y a aussi des femmes et des enfants. Selon le Pew Hispanic Center de Washington, plus de 700 000 Mexicains tenteraient chaque année de passer la frontière illégalement et près de la moitié y parviendrait. »
Auteur anonyme, « Activité 2 : Franchir les frontières », Musée de l'histoire de l'immigration.
« L'ouverture des frontières est un objectif susceptible de mettre fin aux tragédies des milliers de clandestins qui meurent aux portes des frontières des pays riches, ainsi qu'à toutes les formes de sous-citoyenneté induites par la condition de sans-papiers. »
Catherine Wihtol de Wenden, Atlas des migrations, Autrement, Paris, 2016.
« La construction d'un mur "anti-intrusions" et "végétalisé" commence à Calais. Celui de la frontière mexicaine agite la présidentielle américaine. Murs, barrières, clôtures pullulent depuis quelques années : cartographie de la fortification des frontières, et analyse d'un monde de plus en plus fermé. »
Camille Renard, « Le monde se referme : la carte des murs aux frontières », France Culture, 30/05/2016.
Il n'y a aucune objection pour le moment.

L'homme est un citoyen du monde

Aucun contenu n'a été entré. Cliquez ici pour créer la page de l'argument.

Un monde sans frontières serait un monde en paix

Aucun contenu n'a été entré. Cliquez ici pour créer la page de l'argument.

L'humanité est une

Aucun contenu n'a été entré. Cliquez ici pour créer la page de l'argument.

[ + Ajouter un argument ]

Arguments CONTRE

[ + Ajouter un argument ]

Pour aller plus loin

Bibliographie

Plutôt POUR

Aucune référence bibliographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Plutôt CONTRE

Aucune référence bibliographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Aucune référence bibliographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Sitographie

Plutôt POUR

Aucune référence sitographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Plutôt CONTRE

Aucune référence sitographique CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Aucune référence sitographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Vidéographie

Plutôt POUR

Aucune référence vidéographique POUR n'a été entrée pour le moment.

Ni POUR ni CONTRE

Aucune référence vidéographique ni POUR ni CONTRE n'a été entrée pour le moment.

Débats connexes