Faut-il arrêter de manger des animaux ?

De Wikidébats
(Redirigé depuis Faut-il manger des animaux ?)
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire

Pour comprendre le débat

Une question qui a commencé à émerger avec le mouvement d'antispécisme

L'antispécisme est un mouvement datant des années 1970, qui affirme que l'espèce à laquelle appartient un animal n'est pas un critère pertinent pour décider de la manière dont on doit le traiter et de la considération morale qu'on doit lui accorder.

Un véganisme de plus en plus présent dans la société

Le véganisme est la doctrine selon laquelle les humains doivent vivre sans exploiter les animaux, selon la Vegan Society, fondée en 1944. C'est un mode de vie qui se base sur le végétarisme, qui lui est un mode de vie très ancien. Néanmoins on observe que le veganisme a une part de plus en plus importante récemment, avec des personnalités publiques connus végans, même si cela reste une minorité.

Définition d'un animal

Un animal est en biologie, selon la classification classique, un être vivant qui se nourrit de substances organiques. On réserve aujourd'hui le terme « animal » à des êtres complexes et multicellulaires

Comprendre ce qu'est le bien-être animal

Le bien-être animal est décliné en cinq libertés correspondant aux besoins fondamentaux de l'animal :

-la liberté physiologique (absence de faim et de soif), -la liberté environnementale (absence d'inconfort), -la liberté sanitaire (absence de maladies et de blessures), -la liberté comportementale (droit à l'expression d'un comportement animal normal),

-la liberté psychologique (absence de peur et d'anxiété).
Voir aussi : L'Antispécisme sur Wikipédia.

Arguments POUR

1. Manger des animaux conduit à infliger aux animaux d'élevage une violence source de nombreuses souffrances

Sur les poulets

  • ablation du bec chez les poussins
  • poussins mâles broyés vivants
  • les poussins mâles (soit un poussin sur deux) élevés pour les œufs sont tués
  • les poules couveuses vivent dans de tout petits espaces, avec un cycle de lumière et une alimentation déréglés
  • sont tués très très jeunes
  • la mortalité est importante durant le transport (par suffocation)

Sur les cochons

  • les truies deviennent des machines à enfanter
  • les porcs ont la queue coupée (pour pas qu'ils mangent celle des autres)
  • ils ont les “coins” (= dents de lait) arrachés ou meulés
  • ils sont castrés (le tout, sans anesthésiques)
  • deux jours de transport sans eau ni nourriture, avec stress

Sur le bétail

  • Le marquage (utilisé pour éviter le vol) au fer rouge comme à froid mutile les animaux

Sur les saumons

  • ils ont un système immunitaire affaibli (du fait d'avoir des carences alimentaires)
  • le cannibalisme se développe (du fait de la surpopulation dans les bassins)
  • des poux de mer se développent (du fait de la mauvaise qualité de l'eau), dévorant la chair de la tête des poissons
  • lors de la pêche en mer :
    • de nombreuses espèces sous-marines sont blessées par les hameçons
    • les animaux pêchés s'asphyxient, stockés sur le bateau

Quels que soient les animaux

  • de nombreux animaux sont abîmés
  • de nombreux animaux sont infirmes
  • de nombreux animaux sont malades (du fait, notamment, de dérèglements de leur système immunitaire et du stress subi)
  • les animaux sont souvent saignés, écorchés et démembrés lorsqu'ils sont conscients :
    • l'efficacité de l'étourdissement est parfois volontairement réduite (pour ne pas que le coeur des animaux ne fonctionne plus du tout, qu'ils saignent trop lentement et que trop de sang (et donc de bactéries) restent dans la viande)
    • la majorité des abattoirs sont incapables de rendre les animaux inconscients d'un seul coup (du fait de la vitesse de la chaîne et de la mauvaise formation du personnel)
  • les animaux sont confinés dans des espaces hyper réduits
  • les animaux subissent un stress important
    • une part supérieure à la moyenne d'animaux ont des difformités à la naissance : becs de lièvre, absence d'anus, hermaphrodisme, tétons inversés, pattes écartées, tremblements, hernie, etc.
  • les animaux doivent subir une croissance trop rapide (notamment pour éviter, chez les poulets, le développement de hiérarchies sociales qui susciteraient des affrontements) :
    • ils ont alors des difficultés à respirer et à marcher
  • les animaux sont (au moins aux USA) décapités lorsqu'ils sont encore conscients (ils sont tués seulement après)
  • les animaux agonisants sont laissés à l'abandon
  • une part non négligeable d'animaux sont maltraités par les travailleurs
  • les animaux bébés sont envoyés par la Poste
  • les parents reproducteurs ont de mauvaises conditions de vie
    • « éternel Treblinka », abattoirs comme camps d'extermination (Isaac Bashevis Singer)

Objections générales

On ne peut pas caractériser la souffrance animale

Écrire un résumé de l'objection.

L'élevage implique moins de cruauté pour les animaux que l'état sauvage

Les animaux sont gagnants d'un point de vue évolutionnaire. En les élevant, nous protégeons leurs espèces.

C'est l'élevage intensif qui a changé notre rapport au bien-être des animaux
  • Avant, on respectait une “éthique animale” ne serait-ce que pour que les animaux survivent.
  • Maintenant, la survie des animaux est limitée à 95 % par souci de rentabilité.


2. Manger des animaux conduit à un élevage intensif source de nombreux problèmes sur l'environnement

C'est l'un des principales causes de déforestation

Lien avec la destruction d'écosystèmes et le réchauffement climatique. La foret tropicale à été déforestée à 86% pour l'agriculture et l'élevage. http://agritrop.cirad.fr/392007/1/document_392007.pdf

Cela conduit au gaspillage de ressources énergétiques

Cela conduit au bouleversement des écosystèmes

  • pillage du stock des océans qui entraîne une réduction de la biodiversité :
    • pêche industrielle en mer tue accidentellement des centaines d'espèces animales (→ captures accidentelles, dites bycatch, représentant 98 % des prises)

Cela contribue au réchauffement climatique

  • Le secteur du bétail est le plus gros producteur de gaz à effet de serre (devant les transports). Cf. Gaëlle Dupont, L'élevage contribue beaucoup au réchauffement climatique, LE  MONDE, 04.12.06, paru le 05.12.06

Cela conduit à une pollution des sols à cause des nitrates

En particulier les nappes phréatiques

Argument : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00885529/document

Objections générales

Un élevage respectueux de l'environnement est possible

Écrire un résumé de l'objection.


3. Manger des animaux est mauvais pour l'homme

L'utilisation de médicaments et d'hormones sur les animaux est toxique pour l'homme

Est responsable de nombreux troubles dans le développement, d'allergies et d'asthme chez les êtres humains.

L'utilisation de médicaments et d'hormones sur les animaux favorise la transmission de maladies et de virus à l'homme

(Transmission elle-même favorisée par le système immunitaire affaibli des animaux)

  • des grippes aviaires et porcines (notamment via les fientes dont les animaux sont souillés) pouvant conduire à des pandémies
  • la salmonelle
  • campylobecters
  • favorise le développement de germes multirésistants (staphylocoques, ...)

L'élevage intensif de porcs est nocif

Via le traitement des défections, provoque sur les populations humaines locales :

  • de l'asthme
  • des saignements de nez
  • des brûlures pulmonaires
  • des diarrhées chroniques
  • des douleurs auriculaires

L'élevage intensif de porcs entraîne une dégradation de la valeur des biens immobiliers et du foncier

Écrire un résumé de l'argument.

Manger des animaux permet d'assurer un apport protéique nécessaire à la bonne santé de l'homme

Écrire un résumé de l'objection.


Objections générales

4. Manger des animaux repose actuellement sur un travail dont les conditions sont inhumaines

Travail le plus souvent confié aux populations précaires

Cela favorise les traitements sadiques faits sur les animaux

Écrire un résumé de l'argument.
Objections
Comme pour bien d'autres travaux

Écrire un résumé de l'objection.

Ces conditions de travail peuvent être améliorées

Écrire un résumé de l'objection.


5. Manger des animaux implique de décider de la vie d'êtres qui n'ont rien demandé à personne

Les animaux, contrairement aux plantes, souffrent (présence d'un système nerveux), créent des liens sociaux entre eux, avec d'autres espèces et avec l'homme (cas des animaux domestiques). Ils sont conscients, au même titre que l'homme, et ont de même des capacités cognitives non négligeables.

Objections

Comme beaucoup de choses qui n'ont rien demandé

Les haricots verts non plus n'ont rien demandé à personne

Cela fait partie de la nature

Les herbivores non pas demandé à être dévoré par les carnivores


6. Certains animaux sont considérés sacrés

Objections

Cela est vrai que pour certains animaux

Il est tout à fait possible de ne pas manger ces animaux considéré comme sacré mais de manger les autres

Cela dépend de nos croyances et de nos religions

Les hindous vont considérer les vaches comme sacrées mais pas une personne chrétienne


7. Manger des animaux habitue à la cruauté

En mangeant des animaux, nous considérons comme "normal" d'infliger des souffrances et la mort à des êtres sensibles.

Objections

Cela n'est pas forcément lié
Des personnes végétariennes et végans sont capables d’atrocité également
Objection détaillée : [[1]].
Le fait de manger des animaux existe depuis bien longtemps

Le régime alimentaire carnivore existe depuis bien plus longtemps que l'humanité


8. Tout le monde peut adopter une alimentation végétale

Une alimentation entièrement végétale peut être adoptée à tout âge

Y compris pour les nourrissons, les femmes enceintes, les personnes malades, les personnes agées ... L'alimentation végétale n'est pas dangereuse, il suffit de se renseigner.

https://vegan-pratique.fr/nutrition/le-pnns-et-alimentation-vegetalienne/

Arguments CONTRE

Manger des animaux est un plaisir gustatif

Écrire un résumé de l'argument.

Manger des animaux est bon pour la santé

Les valeurs nutritives de la viande sont très bonnes pour la santé. En effet, la viande bovine contient de 26 à 31 % de protéines. De plus, la viande bovine est riche en fer, en fer héminique, en sélénium et elle apporte une quantité importante de vitamines B. Des études scientifiques le prouvent :

Manger des animaux est une pratique ancestrale

Écrire un résumé de l'argument.

Manger des animaux est la norme dans la nature

Écrire un résumé de l'argument.

Manger des animaux est la seule façon de reconnaître son animalité

Cf. Dominique Lestel

Manger des animaux est utile en cas de mauvaises récoltes

Le bétail peut remplacer les céréales lors de mauvaises récoltes. Certaines sociétés n'ont eu recours à la viande de chat que par désespoir en période de guerre ou de famine.
Argument détaillé : [[2]].

Supprimer les élevages de ruminants risque de bouleverser de nombreux écosystèmes

... dans lesquels ils sont partie intégrante depuis des dizaines de milliers d'années :

  • Beaucoup d'agriculteurs bio dépendent des engrais venant du fumier des bétails et des volailles
  • La culture céréalière (par le labourage et le semis) endommage l'environnement : les sols, de l'érosion

Concerne prairies, herbages, pâturages...

Cela détruirait une partie des activités paysannes

Si on devenait végétariens, les élevages de porcs, de bovins, de poulets, de canards, devraient disparaître. Que deviendraient les producteurs ?

Les substituts végans sont souvent allergènes

Les arachides, les fruits à coques et le soja font parties des 14 allergènes alimentaires majeurs
Argument détaillé : [[3]].

Le végétarisme est une préoccupation de bobos

Il ne sert qu'à se donner bonne conscience, sans changer la réalité.

Pour aller plus loin

Bibliographie

Ouvrages plutôt « pour »

  • Jonathan Safran Foer, Faut-il manger les animaux ?, Éditions de l'Olivier, 2011

Ouvrages plutôt « contre »

Ouvrages ni « pour » ni « contre »

  • Élodie Vieille Blanchard, René Laporte, Faut-il arrêter de manger de la viande ?, Le Muscadier, coll. Le choc des idées, 2014


Sitographie

Plutôt « pour »

Plutôt « contre »


Vidéographie