Diminuer le coût de traitement des déchets

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

Les coûts du traitement des déchets pour la collectivité sont diminués grâce à:
  • La revente de l'énergie produite,
  • La revente des déchets ultimes (mâchefers), valorisés sous forme de sous-couches routières.

Citations [ modifier ]

« Par ailleurs, si la récupération d’énergie est optimale, elle participera de façon très significative au financement du traitement des déchets : plus du tiers du coût de l’incinération dans les cas les plus favorables. »
Prévost H, « La récupération de l’énergie issue du traitement des déchets », p.18, Conseil général des Mines-Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie., 2000.
« C’est le cas des mâchefers : valorisés sous forme de sous-couches routières permettant d’économiser l’utilisation de granulats, ils permettent de tirer un bilan positif dans la balance entre déchets entrants et sous-produits valorisables. »

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections [ modifier ]

Des coûts de production élevés

Page détaillée
Des coûts d'incinération élevés
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
Les coûts de élevés de l'incinération ne peuvent, à La Réunion, être compensés ni par la valorisation thermique (distibution d'un chauffage urbain), ni par des économies d'échelle (habitat urbain et fort tonnage de dechets). Paradoxalement, plus les mesures de réduction et de recyclage sont efficaces, plus les prix montent (coûts de "vide de four").
« En 2010, [...] Les variations des coûts ou prix observés sont très importantes : 80% des coûts se situent entre 60 et 120 € par tonne incinérée pour les maîtres d’ouvrage, 80% des prix se situent entre 60 et 115 € par tonne incinérée pour les collectivités clientes ou adhérentes. Les principaux facteurs de variation des coûts et prix de l’incinération sont, par impact décroissant :
  • le niveau et mode valorisation de l’énergie, la cogénération semblant le mode le plus favorable économiquement, notamment quand des débouchés sont trouvés dans des réseaux de chaleur urbains,
  • la taille de l’incinérateur, des économies d’échelle sensibles pouvant être faites dans les grandes installations,
  • la typologie de l’habitat de la zone géographique de l’installation,
  • le taux de charge de l’incinérateur, avec des surcoûts en cas de vide de four.
[...] Pour faire face à la hausse des prix, [...] près de la moitié des collectivités anticipent une diminution des tonnages envoyés en incinération. »
Auteur anonyme, « L'incinération », ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie,, Les coûts de l’incinération, 2010.

Des coûts élevés de gestion des mâchefers

Page détaillée
Des coûts élevés de gestion des mâchefers
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
La présentation de l'argument est encore à rédiger
Aucun contenu n'a été apporté ou le texte entré correspond à une prise de notes. Et si vous le rédigiez ?
Le coût de gestion des résidus ultimes est cher en métropole. Il le sera d'autannt plus à La Réunion qui ne dispose pas de centre d'enfouissement de dechets toxiques. Exportation obligée vers la métropole
« En moyenne, la gestion des MIOM/REFIOM revient à 11 €HT/t, en 2009 comme en 2010. La majorité des coûts observés se situe entre 9,13 €HT/t, mais peut s’élever jusqu’à 17 €HT/t. [...] Les ventes de matériaux (mâchefers, métaux) ne représentent que de très faibles recettes, entre 0,5 et 2 €HT/ tonne incinérée. »
Christine MANCHERON, « ENQUETE SUR LES PRIX DE L’INCINERATION DES DECHETS MUNICIPAUX », ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, 17-19, Novembre 2011.

Un rendement électrique faible

Page détaillée
Un rendement électrique faible
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucune objection n'a été entrée.
[ modifier ]
La valorisation électrique n'a qu'un rendement de 35%, or sous un climat tropical la valorisation thermique, plus rentable, ne présente qu'un faible intéret.
« La vapeur produite au niveau de la chaudière peut ensuite faire l’objet d'une valorisation thermique, par
  • alimentation d'un réseau de chauffage urbain ou distribution à des entreprises et/ou établissements publics (rendement jusqu'à 90 %) ;
  • valorisation thermique et électrique (cogénération) (rendement jusqu'à 80 %);
  • valorisation électrique, par transformation en électricité à l'aide d'un turboalternateur (rendement jusqu'à 35 %). »
Auteur anonyme, « L’incinération », ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, Description des procédés, 14/04/2017.
Voir plus...
« La cogénération est souvent le type de traitement le plus rentable car la production de chaleur permet de meilleurs rendements, et que la production d’électricité permet de gérer les fluctuations de la demande en chaleur. »

La valorisation des mâchefers est controversée

Page détaillée
La valorisation des mâchefers est controversée
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Aucun cas de pollution avéré.
[ modifier ]
La valorisation des mâchefers sous la forme d'enrobage de sous couche routière pourrait être une source de pollution pour les nappes d'eau profondes. Certains pays d'ailleurs l'interdisent formellement. Les associations écologistes déplorent le manque d’étude indépendante sur le sujet, et mettent en avant le principe de précaution.
« Les mâchefers sont le plus souvent utilisés en technique routière, sauf en Autriche et en Suède car cela n’est pas permis : ceux-ci sont donc stockés. »

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent