Conserver les sanctions pénales de la loi de 1970 sur les drogues qui ne sont pratiquemment plus appliquées n'est pas sain

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument POUR dans le débat Faut-il légaliser le cannabis ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de La loi de 1970 sur les drogues est inadaptée
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
La loi de 1970 sur les drogues n'a pas été faite pour le cannabis
La loi de 1970 sur les drogues focalise trop sur les usagers
La loi de 1970 sur les drogues n'est plus comprise par les usagers
La loi de 1970 sur les drogues est difficilement applicable
Conserver les sanctions pénales de la loi de 1970 sur les drogues qui ne sont pratiquemment plus appliquées n'est pas sain
La loi de 1970 sur les drogues est trop diversement appliquée
La loi de 1970 sur les drogues n'a jamais été évaluée
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« Conserver une sanction pénale qui n’est pratiquement plus appliquée devient dérisoire et déconsidère la justice aux yeux des adolescents. Certains n’ont d’ailleurs plus conscience de violer un interdit tant le phénomène leur parait banal. »
Françoise Branget, Gilbert Barbier, « La dépénalisation de l'usage, une impasse éthique et juridique », MISSION D’INFORMATION SUR LES TOXICOMANIES. Rapport d'information sur les toxicomanies, Assemblée nationale (France), 30/06/2011.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Avant de supprimer la loi, il faut la faire appliquer

Page détaillée
Avant de supprimer la loi de 1970 sur les drogues, il faut la faire appliquer
[ Modifier ]
« On ne peut arguer de l’échec d’une législation qui a été insuffisamment appliquée pour la faire disparaître. Il faut d’abord s’appliquer à la faire appliquer. »
Jean Costentin, Faut-il dépénaliser le cannabis ?, p.224, Le Muscadier, 2013.
« Depuis dix ans, l’arsenal répressif s’est clairement développé, explique M.Bergeron, qui évoque « une tendance à la repénalisation ». « La toxicomanie n’a pas échappé à la volonté de tolérance zéro qui traverse toute la société, et qui se traduit par une pénalisation accrue », remarque de son côté Nicole Maestracci, magistrate et présidente de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) de 1998 à 2002. »
Laetitia Clavreul, Le Monde, 15/06/2011.

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent