Ce n'est pas « tout » mais « tout effet » qui a une cause

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est une objection dans le débat Dieu existe-t-il ? (nouvelle version)
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est une objection à Tout a une cause, et Dieu en particulier
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Aucun sous-argument n'a été entré. Le principe de causalité ne s'applique pas à l'univers
Ce n'est pas « tout » mais « tout effet » qui a une cause
Dieu est hors du temps, donc sans cause
Le monde a eu un commencement et par conséquent a une cause première
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« L’argument favori des adversaires du théisme est bien connu ; c’est d’accuser les théistes de se servir du principe de causalité comme d’un « taxi ». On monte dedans pour se rendre où l’on souhaite (en l’occurrence, jusqu’à l’existence de Dieu) et lorsqu’on est arrivé à destination, on en descend (en l’occurrence, on omet d’appliquer le principe de causalité à Dieu). De Schopenhauer à Dawkins en passant par Comte-Sponville et Daniel C. Dennet, les antithéistes amateurs prétendent que les théistes s’appuient sur l’axiome que « tout a une cause », mais que par une manipulation malhonnête, ils font exception pour Dieu, une fois que ce principe les a conduits jusqu’à lui. D’où la question que les athées posent d’un air goguenard en croyant embarrasser les théistes : « Mais qui a donc causé Dieu ? » Le problème est que cette présentation de l’argument est totalement fantaisiste. Non seulement aucun théiste sérieux ne s’est jamais appuyé sur le principe selon lequel « tout a une cause », mais tout métaphysicien rigoureux, athée ou théiste, doit commencer par le réfuter pour dégager le terrain de sa recherche. Il est en effet impossible que tout ce qui existe ait une cause. Et c’est précisément l’examen de cette impossibilité qui nous a conduits à reconnaître l’existence d’un être incausé. Répétons-le encore une fois : le premier acquis de notre recherche philosophique est très simple, mais il est très robuste ; c’est qu’il existe nécessairement un être incausé. Sur ce point, nous prétendons que l’accord doit se faire parmi tous les philosophes, athées ou théistes. Le seul principe solide est que « tout effet a une cause » ou encore que « tout être contingent a une cause ». À partir de là, la vraie question est de savoir si l’univers, par exemple, est un être contingent, ou bien s’il existe par soi. Mais l’existence d’au moins un être incausé est hors de doute. La question malicieuse des antithéistes – qui a causé Dieu ? – est donc totalement absurde. Elle se ramène en effet à demander : « Qui a causé l’être incausé ? » Or, il va de soi, aussi bien pour les athées sérieux que pour les théistes, qu’il existe nécessairement un être incausé et que cet être incausé, par définition, ne saurait avoir de cause. Toute la dispute entre athées sérieux porte sur l’identification de cet être incausé. La vraie bonne question n’est pas : « Qui a causé Dieu ? », mais : « Pourquoi l’être incausé serait-il un être transcendant et non l’univers ? » Ou encore : « Pourquoi l’univers ne serait-il pas Dieu ? » Il n’est plus question de savoir s’il existe ou non un être incausé. La dispute sur ce point ne sépare pas les athées des théistes, mais les scientistes des philosophes. »
Frédéric Guillaud, Dieu existe, p.118-119, Éditions du Cerf, Paris, 2013.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent