Avec le vote électronique il est plus difficile de vérifier l'identité des votants qu'avec le vote papier

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
pouce d'argument Cet argument est un argument CONTRE dans le débat Faut-il généraliser le vote électronique ?
.
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de Le vote électronique n'est pas fiable
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Il existe des failles informatiques dans les systèmes de vote électronique
Les machines à voter peuvent avoir des dysfonctionnements
Les ordinateurs personnels ne sont pas assez sécurisés pour le vote électronique
Des fuites de données sont possibles avec le vote électronique
Le risque de cyberattaque est réel dans le cas du vote électronique
Avec le vote électronique il est plus difficile de vérifier l'identité des votants qu'avec le vote papier
Le vote électronique permet d'en finir avec le risque d'erreur humaine
Avec le vote électronique il ne peut y avoir de bourrage d'urnes comme dans le vote papier
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations

« S'agissant de la sincérité du scrutin, il n'y aucune garantie que la personne votant « par internet » soit l'électeur concerné. L'authentification de l'électeur à l'aide uniquement d'un identifiant et d'un authentifiant adressés par voie postale ne constitue pas une garantie absolue. Ces éléments d'authentification peuvent avoir été détournés par un tiers, mal dirigés par les services postaux, voire monnayés par un électeur indélicat. »
Alain Anziani, Antoine Lefèvre, « Rapport d'information sur le vote électronique », Sénat, 9 avril 2014.

« Une solution miracle pourtant entachée de nombreux scandales. Le vote par internet lors du dernier référendum sur l’unité de la gauche en vue des régionales a connu de nombreuses fraudes et d’usurpations d’identités. Farouche opposante au scrutin, la secrétaire générale d’Europe Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse avait par exemple reçu, à sa grande surprise, un mail la remerciant d’avoir participé au scrutin. On ne saurait oublier non plus les bugs en série lors des primaires UMP pour les dernières élections municipales mais aussi lors de l’élection du président du parti en novembre 2014. »
Simon Barbarit, « Le vote par Internet : le remède contre l’abstention ? », 5 novembre 2015.

[ + Ajouter une citation ]

Sous-arguments

[ + Ajouter un sous-argument ]

Objections

Une carte d'identité électronique peut être mise en place

Page détaillée
Une carte d'identité électronique peut être mise en place pour voter par internet
[ Modifier ]
« En théorie obligatoire, la carte d’identité électronique a déjà été distribuée à près des deux tiers des 1,33 millions d’Estoniens. Dotée d’une puce et d’un code secret, comme sur les cartes de crédit, cette ID Card a donc servi à identifier les votants (résidant en Estonie ou à l’étranger) sur le site sécurisé des élections, ouvert préalablement au scrutin traditionnel pendant 72 heures. »
Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), « Le vote par internet aux élections politiques, les éléments du débat », 28 mai 2006.

Une authentification forte est possible

Page détaillée
Une authentification forte est possible pour voter par internet
[ Modifier ]
« Une autre inquiétude concerne la vérification de l'identité des votants : est-il bien celui qu'il prétend être ? Il est vrai que les votants correspondent aux identités qu'ils utilisent sur les applis qui requièrent une authentification sécurisée de ses utilisateurs. Ces dernières sont bien connues, et utilisées par un grand nombre d'entre nous. Il s'agit de l'authentification forte et de l'encryptage de données. En renforçant l'authentification forte, l'identité est vérifiée digitalement et ajoute une couche de sécurité supplémentaire, physique cette fois-ci. Soit sous la forme d'un token ou d'un device dont l'utilisateur aurait besoin d'avoir en sa possession pour s'identifier. Ainsi, le vol d'identifiants et d'informations personnelles ne suffit plus pour pirater une identité ou un compte. Cela rend les choses plus compliquées pour les pirates de se faire passer pour quelqu'un d'autre en ligne. Dans certains pays, cela est devenu officiel. En Belgique, par exemple, ils utilisent une carte d'identité électronique dotée d'une puce. Cette carte intelligente peut être utilisée afin d'authentifier un utilisateur qui, par exemple, se rendrait sur un site de paris en ligne, mais serait automatiquement exclu s'il n'avait pas l'âge légal ou s'il était sur la liste noire des joueurs interdits. Beaucoup de pays utilisent désormais l'identité électronique pour les services gouvernementaux, et les gouvernements l'ont acceptée pour que les citoyens s'identifient. En général, le feu vert est donné dès lors que les méthodes de sécurité ont été scrupuleusement vérifiées. »

Une vérification par la blockchain est possible

Page détaillée
Une vérification par la blockchain est possible pour voter par internet
[ Modifier ]
« Les critiques ont la dent dure à l’égard de ces systèmes : opaques, souvent jugés vulnérables, difficiles à auditer et à mettre en place, les machines de vote électronique telles qu’elles sont conçues peinent à convaincre. Mais les technologies ont évolué et aujourd’hui, l’émergence de la blockchain vient bousculer le secteur. En effet, la blockchain offre l’équivalent d’une base de données distribuée, consultable et vérifiée par les utilisateurs du réseau. Et si celle-ci s’est surtout fait connaître grâce à l’émergence du Bitcoin, les applications envisagées par la blockchain sont bien plus larges que le seul domaine des cryptomonnaies. »
Louis Adam, « Vote électronique : la blockchain à la rescousse ? », ZDNet, 22 mars 2017.

[ + Ajouter une objection ]

Références

[ + Ajouter une référence ]


Débat parent