Au moment de la charte d'Amiens, la CGT revendiquait l'expropriation capitaliste

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
flèche vers le haut dans un cercle Cet argument est un sous-argument de La charte d'Amiens ne prône pas l'apolitisme de la CGT
SOUS-ARGUMENTS OBJECTIONS
Au moment de la charte d'Amiens, la CGT revendiquait l'expropriation capitaliste
Aucune objection n'a été entrée.
.

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« Cette charte est utilisée, de nos jours, par les dirigeants de la CGT pour justifier l’apolitisme du mouvement syndical. Mais c’est un grossier contresens. La CGT affichait dans ses buts « la disparition du salariat et du patronat ». Victor Griffuelhes, l’un des premiers secrétaires fédéraux, polémiquant avec les réformistes en 1905 affirmait : « la question ouvrière est posée par nous, syndicalistes révolutionnaires, de la façon suivante : lutter contre le patronat pour obtenir de lui, et à son désavantage, toujours plus d’améliorations, en s’acheminant vers la suppression de l’exploitation. » C’est dire si les dirigeants de la CGT s’affirmaient comme des adversaires résolus du capitalisme. Ils intervenaient sur tous les sujets de société, contestant le patriotisme et le militarisme. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]