Attribut:Citation

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher
Affichage de 20 pages utilisant cette propriété.
A
<div class="citation">« Revenant sur les raisons même qui font qu'une Europe unie est primordiale selon Dominique Strauss-Kahn, il explique que la mondialisation rend incontournable un espace européen fort, qui ne se vassalise pas aux États-Unis. "Pour survivre parmi les géants, l'Europe devra regrouper tous les territoires compris entre les glaces du Nord, les neiges de l'Oural et les sables du Sud. C'est à dire retrouver ses origines et envisager, à l'horizon de quelques décennies, la Méditerranée comme notre mer intérieure", analyse DSK. »</div><div class="reference-citation">Ryad Ouslimani, Dominique Strauss-Kahn, « [https://www.rtl.fr/actu/international/crise-grecque-pour-dsk-l-accord-est-nefaste-presque-mortifere-7779144086 Crise grecque : pour DSK l'accord est "néfaste, presque mortifère"] », ''RTL'', 18/07/2015.</div>  +
<div class="citation">« En réalité, le coût global des élections à l'étranger provient de l'addition des modalités des votes qui entraîne une addition des coûts qui leur sont liés. »</div><div class="reference-citation">Alain Anziani, Antoine Lefèvre, Sénat, 9 avril 2014.</div>  +
There has been enormous debate regarding the possibility of a link between childhood vaccinations and the subsequent development of autism. This has in recent times become a major public health issue with vaccine preventable diseases increasing in the community due to the fear of a ‘link’ between vaccinations and autism. We performed a meta-analysis to summarise available evidence from case-control and cohort studies on this topic (MEDLINE, PubMed, EMBASE, Google Scholar up to April, 2014). Eligible studies assessed the relationship between vaccine administration and the subsequent development of autism or autism spectrum disorders (ASD). Two reviewers extracted data on study characteristics, methods, and outcomes. Disagreement was resolved by consensus with another author. Five cohort studies involving 1,256,407 children, and five case-control studies involving 9,920 children were included in this analysis. The cohort data revealed no relationship between vaccination and autism (OR: 0.99; 95% CI: 0.92 to 1.06) or ASD (OR: 0.91; 95% CI: 0.68 to 1.20), nor was there a relationship between autism and MMR (OR: 0.84; 95% CI: 0.70 to 1.01), or thimerosal (OR: 1.00; 95% CI: 0.77 to 1.31), or mercury (Hg) (OR: 1.00; 95% CI: 0.93 to 1.07). Similarly the case-control data found no evidence for increased risk of developing autism or ASD following MMR, Hg, or thimerosal exposure when grouped by condition (OR: 0.90, 95% CI: 0.83 to 0.98; p = 0.02) or grouped by exposure type (OR: 0.85, 95% CI: 0.76 to 0.95; p = 0.01). Findings of this meta-analysis suggest that vaccinations are not associated with the development of autism or autism spectrum disorder. Furthermore, the components of the vaccines (thimerosal or mercury) or multiple vaccines (MMR) are not associated with the development of autism or autism spectrum disorder.  +, <div class="citation">« The inclusion criteria contradicts the study’s title “Vaccines”, which by presumption include the full compliment of the 71 doses of vaccine prior to 18 years of age in the United States (CDC, 2014). The study only looked at thimerosal containing, and MMR vaccines, which excluded; rotavirus, haemophilus influenzae type b (HIB), pneumococcal, poliovirus, partial influenza doses, varicella, hepatitis A, human papillomavirus (HPV), and partial meningococcal. The old studies did include some of the Hepatitis B, and DTP, which included cumulative Hg dosage, and the MMR, however left out the subsequent nine vaccines. »</div><div class="reference-citation">Heather White, « [http://autismrawdata.net/blog/more-pseudo-science-vaccines-do-not-cause-autism-study More Pseudo Science "Vaccines Do Not Cause Autism" Study...] », ''AutismRawData.net'', 21 mai 2014.</div>  +, <div class="citation">« This study repeatedly speaks of "cumulative mercury dosage", meaning that there was not a comparison between vaccinated verses unvaccinated. They simply studied individuals that had some mercury compared with other groups that had more. For example, smoking a few cigarettes a day, compared to those that smoke a pack a day shows no correlation to lung cancer, therefore smoking is safe. This was their inclusion criteria in a nutshell... »</div><div class="reference-citation">Heather White, « [http://autismrawdata.net/blog/more-pseudo-science-vaccines-do-not-cause-autism-study More Pseudo Science "Vaccines Do Not Cause Autism" Study...] », ''AutismRawData.net'', 21 mai 2014.</div>  +,
<div class="citation">« Cette « ''facilité'' » relative de la prise insurrectionnelle du pouvoir par les bolchéviks illustre l'impuissance de la bourgeoisie russe entre février et octobre, son incapacité à remettre sur pied un État et à édifier sur les ruines du tsarisme un projet de nation moderne. Le choix n'était plus dès lors entre la révolution et la démocratie sans phrases, mais entre deux solutions autoritaires, la révolution et la dictature militaire de Kornilov ou d'un quelconque semblable. »</div><div class="reference-citation">Daniel Bensaïd, « [http://danielbensaid.org/Communisme-contre-stalinisme Communisme contre stalinisme] », ''Rouge'', n°1755, 1997.</div>  +
<div class="citation">« Les préoccupations soulevées par l'existence d'un lien possible entre la vaccination par le ROR et l'autisme sont apparues à la fin des années 90, à la suite de la publication d'études affirmant qu'il y avait une association entre les souches naturelles et vaccinales de virus rougeoleux et les maladies inflammatoires intestinales et, par ailleurs, entre le vaccin ROR, la maladie intestinale et l'autisme. L'OMS, sur recommandation du GACVS, a chargé un chercheur indépendant de faire le point dans la littérature sur le risque d'autisme associé au vaccin ROR; le résultat de cette recherche a été présenté au GACVS afin qu'il l'examine. Les troubles du spectre autistique représentent une série de troubles cognitifs et neuro-comportementaux comprenant l'autisme. La prévalence de l'autisme varie considérablement en fonction de la détermination des cas, et va de 0,7 à 21,1 pour 10 000 enfants (médiane, 5,2 pour 10 000), tandis que la prévalence des troubles du spectre autistique est estimée à un chiffre compris entre 1 et 6 pour 1000. Onze études épidémiologiques (représentant les études les plus récentes, effectuées principalement au cours des quatre dernières années) ont été examinées en détail, en tenant compte de la conception de l'étude (notamment: études écologiques, cas-témoins, «case-crossover» et de cohorte) et de ses limites. Cet examen a permis de conclure que les études existantes ne montrent aucune preuve d'une association entre le risque d'autisme ou de troubles autistiques et le vaccin ROR. Trois études de laboratoire ont également été examinées. Il en a été conclu que la persistance présumée du virus vaccinal rougeoleux dans le tube digestif des enfants atteints d'autisme et de maladie inflammatoire intestinale exige une analyse plus poussée dans le cadre d'études indépendantes avant que l'on puisse considérer comme confirmés les résultats de laboratoire des études publiées, qui présentent de sérieuses insuffisances. En se basant sur l'étude approfondie qui a été présentée, le GACVS a conclu qu'il n'existait aucune preuve quant à une association de cause à effet entre le vaccin ROR et l'autisme ou les troubles autistiques. Le Comité pense que cette question sera probablement éclaircie lorsqu'on comprendra mieux les causes de l'autisme. Le GACVS a également conclu que rien ne permet de préconiser l'utilisation systématique des vaccins antirougeoleux, antiourlien et antirubéoleux monovalents de préférence aux vaccins associés, une stratégie qui exposerait les enfants à un risque accru de vaccination incomplète. Ainsi, le GACVS recommande de n'apporter aucun changement aux pratiques de vaccination actuelles par le ROR. »</div><div class="reference-citation">Auteur anonyme, « [https://www.who.int/vaccine_safety/committee/reports/wer7804.pdf ROR et autisme] », ''Relevé épidémiologique hebdomadaire'', vol. 78, n°4, p.18, 24 janvier 2003.</div>  , <div class="citation">« In 1998, Andrew Wakefield and 12 of his colleagues published a case series in the ''Lancet'', which suggested that the measles, mumps, and rubella (MMR) vaccine may predispose to behavioral regression and pervasive developmental disorder in children. Despite the small sample size (''n''=12), the uncontrolled design, and the speculative nature of the conclusions, the paper received wide publicity, and MMR vaccination rates began to drop because parents were concerned about the risk of autism after vaccination. Almost immediately afterward, epidemiological studies were conducted and published, refuting the posited link between MMR vaccination and autism. The logic that the MMR vaccine may trigger autism was also questioned because a temporal link between the two is almost predestined: both events, by design (MMR vaccine) or definition (autism), occur in early childhood. The next episode in the saga was a short retraction of the interpretation of the original data by 10 of the 12 co-authors of the paper. According to the retraction, “no causal link was established between MMR vaccine and autism as the data were insufficient”. This was accompanied by an admission by the ''Lancet'' that Wakefield ''et al.'' had failed to disclose financial interests (e.g., Wakefield had been funded by lawyers who had been engaged by parents in lawsuits against vaccine-producing companies). However, the ''Lancet'' exonerated Wakefield and his colleagues from charges of ethical violations and scientific misconduct. The ''Lancet'' completely retracted the Wakefield ''et al.'' paper in February 2010, admitting that several elements in the paper were incorrect, contrary to the findings of the earlier investigation. Wakefield ''et al.'' were held guilty of ethical violations (they had conducted invasive investigations on the children without obtaining the necessary ethical clearances) and scientific misrepresentation (they reported that their sampling was consecutive when, in fact, it was selective). This retraction was published as a small, anonymous paragraph in the journal, on behalf of the editors. The final episode in the saga is the revelation that Wakefield ''et al.'' were guilty of deliberate fraud (they picked and chose data that suited their case; they falsified facts). The ''British Medical Journal'' has published a series of articles on the exposure of the fraud, which appears to have taken place for financial gain. It is a matter of concern that the exposé was a result of journalistic investigation, rather than academic vigilance followed by the institution of corrective measures. Readers may be interested to learn that the journalist on the Wakefield case, Brian Deer, had earlier reported on the false implication of thiomersal (in vaccines) in the etiology of autism. However, Deer had not played an investigative role in that report. The systematic failures which permitted the Wakefield fraud were discussed by Opel ''et al''. »</div><div class="reference-citation">T. S. Sathyanarayana Rao, Chittaranjan Andrade, « [https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3136032/ The MMR vaccine and autism: Sensation, refutation, retraction, and fraud] », ''Indian Journal of Psychiatry'', vol. 53, n°2, p.95-96, avril-juin 2018.</div>  
<div class="citation">« On ne peut arguer de l’échec d’une législation qui a été insuffisamment appliquée pour la faire disparaître. Il faut d’abord s’appliquer à la faire appliquer. »</div><div class="reference-citation">Jean Costentin, ''[https://www.muscadier.fr/catalogue/faut-il-depenaliser-le-cannabis/ Faut-il dépénaliser le cannabis ?]'', p.224, Le Muscadier, 2013.</div>  +, <div class="citation">« Depuis dix ans, l’arsenal répressif s’est clairement développé, explique M.Bergeron, qui évoque « une tendance à la repénalisation ». « La toxicomanie n’a pas échappé à la volonté de tolérance zéro qui traverse toute la société, et qui se traduit par une pénalisation accrue », remarque de son côté Nicole Maestracci, magistrate et présidente de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) de 1998 à 2002. »</div><div class="reference-citation">Laetitia Clavreul, ''[https://www.lemonde.fr/societe/article/2011/06/15/la-france-plus-severe-que-ses-voisins-europeens_1536402_3224.html Le Monde]'', 15/06/2011.</div>  +
<div class="citation">« S'agissant de la sincérité du scrutin, il n'y aucune garantie que la personne votant « par internet » soit l'électeur concerné. L'authentification de l'électeur à l'aide uniquement d'un identifiant et d'un authentifiant adressés par voie postale ne constitue pas une garantie absolue. Ces éléments d'authentification peuvent avoir été détournés par un tiers, mal dirigés par les services postaux, voire monnayés par un électeur indélicat. »</div><div class="reference-citation">Alain Anziani, Antoine Lefèvre, « [http://www.senat.fr/rap/r13-445/r13-4451.pdf Rapport d'information sur le vote électronique] », Sénat, 9 avril 2014.</div>  +, <div class="citation">« Une solution miracle pourtant entachée de nombreux scandales. Le vote par internet lors du dernier référendum sur l’unité de la gauche en vue des régionales a connu de nombreuses fraudes et d’usurpations d’identités. Farouche opposante au scrutin, la secrétaire générale d’Europe Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse avait par exemple reçu, à sa grande surprise, un mail la remerciant d’avoir participé au scrutin. On ne saurait oublier non plus les bugs en série lors des primaires UMP pour les dernières élections municipales mais aussi lors de l’élection du président du parti en novembre 2014. »</div><div class="reference-citation">Simon Barbarit, « [https://www.publicsenat.fr/lcp/politique/vote-internet-remede-contre-l-abstention-1112464 Le vote par Internet : le remède contre l’abstention ?] », 5 novembre 2015.</div>  +
<div class="citation">« Quant aux fraudes, il est plus dur de frauder comme on pourrait le faire avec les bulletins papier. Plus de chaussettes de secours, plus de réserves de voix matérielles. »</div><div class="reference-citation">Sylvain Rakotoarison, « [https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/le-vote-electronique-pour-ou-149999 Le vote électronique, pour ou contre ?] », ''Agoravox'', 29 mars 2014.</div>  +
B
<div class="citation">« "Si je dois partir, je ne saurais pas où aller. Si je peux rester, je finirai mes études pour réussir ma vie en France." Les projets d’Emmanuel n’auront pas convaincu le président du tribunal correctionnel de Montpellier. Ce jeune migrant ivoirien, arrivé en France en 2016, était accusé par la justice d’avoir menti sur son âge en utilisant de faux papiers d’identité pour bénéficier de la protection que le conseil départemental réserve aux mineurs. Il a été entendu ce lundi 16 avril, après un autre jeune Ivoirien auquel il était reproché les mêmes faits. »</div><div class="reference-citation">Auteur anonyme, « [https://www.midilibre.fr/2018/04/17/jeunes-migrants-dans-l-herault-on-les-envoie-en-prison-pour-avoir-ete-nourris,1657746.php Jeunes migrants dans l'Hérault : "On les envoie en prison pour avoir été nourris..."] », ''Le Midi libre'', 17/04/2018.</div>  +, <div class="citation">« Ni la police ni l’Etat ne disposent de chiffres précis sur le nombre de mineurs marocains non accompagnés actuellement en Suède, un grand nombre d’entre eux entrant illégalement dans le pays. Cependant, les tests d’empreintes digitales montrent que seuls 10% des migrants « mineurs » contrôlées ont moins de 18 ans. Le reste étant plus vieux que ce qu’ils ont déclaré. Ali, 22 ans, un migrant marocain qui mentait sur son âge, est venu en Suède l’année dernière en prétendant qu’il avait 16 ans. Ali a déclaré à SVT que d’autres migrants l’avaient encouragé à mentir sur son âge afin d’avoir une meilleure chance d’obtenir des prestations sociales du gouvernement suédois. La base de données marocaine d’empreintes digitales a prouvé qu’il était un adulte. Aujourd’hui, il vit dans la rue, commettant des délits pour gagner sa vie. »</div><div class="reference-citation">Auteur anonyme, « [http://www.fdesouche.com/1222117-suede-90-des-migrants-marocains-se-disant-mineurs-non-accompagnes-sont-en-realite-des-adultes-revele-la-police-suedoise Suède : 90 % des migrants marocains se disant « mineurs » sont en réalité des adultes, révèle la police suédoise] », 13/06/2019.</div>  +
<div class="citation">« Ce même Daguin [président de l'Union des Métiers et des Industrie de l'Hôtellerie] fut confronté en 2008 et 2009 à la grève des travailleurs sans-papiers de la région parisienne qui proclamaient : « On bosse ici, on vit ici, on reste ici ». Ils occupèrent pendant des semaines leurs lieux de travail pour obtenir une carte de séjour. […] Cette grève contagieuse, dont l'évolution fut suivie aussi bien dans les foyers d'immigrants parisiens que dans certains villages du Mali, a fait sortir de l'ombre quelque 5000 travailleurs embauchés depuis des années par des patrons parfaitement au courant de leur situation administrative. Elle a rendu public qu'on peut payer des impôts, cotiser pour la Sécurité sociale et être clandestins. »</div><div class="reference-citation">Lutte ouvrière, « [https://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/l-immigration-dans-l-europe-en L’immigration dans l’Europe en crise] », ''Cercle Léon Trotsky'', 24/01/2014.</div>  +
<div class="citation">« La médiatisation des récents événements relatifs à la mauvaise utilisation de nos données a relancé le débat sur nos usages des réseaux sociaux. Cependant les entreprises de vente par correspondance ont toujours exploité nos données personnelles sans nous consulter lors de chaque utilisation. Détenir et exploiter des données personnelles sur ses clients n’est pas un phénomène nouveau. Facebook est une société commerciale parmi tant d’autres qui utilise les données de leurs utilisateurs après approbation du traitement des données partagées par l’internaute. »</div><div class="reference-citation">Éric Delcroix, « [https://ledrenche.fr/2018/11/faut-il-boycotter-facebook-4549/ Il suffit de se responsabiliser] », ''Le Drenche'', 21/11/2018.</div>  +
C
<div class="citation">« C. Alvarez préconise de se servir des motivations naturelles de l’enfant, or le travail de l’enseignant est de construire les motivations nécessaires pour permettre des apprentissages. En ne se préoccupant que des motivations naturelles de l’enfant, on accroit les inégalités entre ceux qui construisent des motivations permettant la réussite et ceux qui ne les construisent pas. « C’est sur un postulat de fondement naturel que fonctionne, dans les écrits de Céline Alvarez, la notion de motivation pour laquelle elle affirme que « l'être humain n'apprend pas ce qui ne le motive pas et que tant qu'on impose les sujets, l'enfant ne peut pas apprendre ». Le travail de l’enseignant n’est pas de répondre aux seules motivations « naturelles » mais de construire les motivations nécessaires pour permettre des apprentissages. Et cela procède d’équilibres complexes dans lesquelles l’enseignant ne peut contenter des dynamiques motivationnelles parce que l’enjeu fondamental n’est pas de motiver à une activité mais de construire une volonté d’apprendre, de permettre à un enfant de découvrir les enjeux émancipateurs du savoir. »</div><div class="reference-citation">Paul Devin, ''Blog sur médiapart''.</div>  +
<div class="citation">« Que l’islam soit en France en religion majoritairement pratiquée par des opprimés, c’est-à-dire des prolétaires, c’est une certitude. Mais faire ce constat doit-il mener à se montrer conciliant avec cette religion ? Bien au contraire ! Davantage encore, justement parce que ceux qui sont touchés par cette religion sont les nôtres, nous devons la combattre ! La classe ouvrière, précisément parce qu’elle est la classe opprimée de la société, a moins accès au savoir, à la culture que d’autres couches de la société, ce qui la rend plus perméable à tous les préjugés. »</div><div class="reference-citation">Lutte ouvrière, « [https://mensuel.lutte-ouvriere.org/2017/01/22/le-piege-de-la-lutte-contre-lislamophobie_75202.html Le piège de la « lutte contre l’islamophobie »] », ''Lutte de classe'', n°181, février 2017.</div>  +
<div class="citation">« La gauche n'a pas hésité à présenter l'immigration comme un « problème ». Rappelons les propos de Rocard, Premier ministre de Mitterrand en 1988, repris jusqu'à la nausée par toute la classe politique, selon lesquels « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Il avait ajouté, nous dit-on : « mais chacun doit prendre sa part ». Comme si les immigrés étaient un fardeau alors que leur travail enrichit ce pays ! »</div><div class="reference-citation">Lutte ouvrière, « [https://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/l-immigration-dans-l-europe-en L’immigration dans l’Europe en crise] », ''Cercle Léon Trotsky'', 24/01/2014.</div>  +
<div class="citation">« En France les demandeurs d'asile n'ont plus le droit de travailler depuis 1991 – une loi adoptée quand la socialiste Edith Cresson était chef du gouvernement. Ceux qui ne sont pas pris en charge par un centre d'accueil, la grande majorité, sont donc condamnés à travailler clandestinement en attendant d'être fixés sur leur sort. »</div><div class="reference-citation">Lutte ouvrière, « [https://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/l-immigration-dans-l-europe-en L’immigration dans l’Europe en crise] », ''Cercle Léon Trotsky'', 24/01/2014.</div>  +
<div class="citation">« Ce n’est pas le produit seul qui fait la dangerosité, mais le comportement de consommation et la fragilité de celui qui consomme. »</div><div class="reference-citation">Nicole Maestracci, ''Drogues : Pourquoi la légalisation est inévitable'', p.226, Denoël, 2011.</div>  +
<div class="citation">« L'interdiction de la pédophilie, des vols, viols et crimes ne les a pas éradiqués, mais ce n'est pas une raison pour y renoncer. »</div><div class="reference-citation">Jean Costentin, ''[https://www.muscadier.fr/catalogue/faut-il-depenaliser-le-cannabis/ Faut-il dépénaliser le cannabis ?]'', p.112, Le Muscadier, 2013.</div>  +
<div class="citation">« La classe ouvrière, précisément parce qu’elle est la classe opprimée de la société, a moins accès au savoir, à la culture que d’autres couches de la société, ce qui la rend plus perméable à tous les préjugés. Et si ceux-ci prennent la forme de préjugés religieux parmi les travailleurs d’origine maghrébine ou africaine, ils en prennent d’autres, dans d’autres couches du prolétariat. À commencer par le racisme, hélas bien présent dans la classe ouvrière française. Et pourtant, aucun militant n’imagine ne pas le combattre sous prétexte qu’il s’agit de préjugés d’opprimés. Pourquoi en serait-il autrement avec la religion ? »</div><div class="reference-citation">Lutte ouvrière, « [https://mensuel.lutte-ouvriere.org/2017/01/22/le-piege-de-la-lutte-contre-lislamophobie_75202.html Le piège de la « lutte contre l’islamophobie »] », ''Lutte de classe'', n°181, février 2017.</div>  +
<div class="citation">« L’argument favori des adversaires du théisme est bien connu ; c’est d’accuser les théistes de se servir du principe de causalité comme d’un « taxi ». On monte dedans pour se rendre où l’on souhaite (en l’occurrence, jusqu’à l’existence de Dieu) et lorsqu’on est arrivé à destination, on en descend (en l’occurrence, on omet d’appliquer le principe de causalité à Dieu). De Schopenhauer à Dawkins en passant par Comte-Sponville et Daniel C. Dennet, les antithéistes amateurs prétendent que les théistes s’appuient sur l’axiome que « tout a une cause », mais que par une manipulation malhonnête, ils font exception pour Dieu, une fois que ce principe les a conduits jusqu’à lui. D’où la question que les athées posent d’un air goguenard en croyant embarrasser les théistes : « Mais qui a donc causé Dieu ? » Le problème est que cette présentation de l’argument est totalement fantaisiste. Non seulement aucun théiste sérieux ne s’est jamais appuyé sur le principe selon lequel « tout a une cause », mais tout métaphysicien rigoureux, athée ou théiste, doit commencer par le réfuter pour dégager le terrain de sa recherche. Il est en effet impossible que tout ce qui existe ait une cause. Et c’est précisément l’examen de cette impossibilité qui nous a conduits à reconnaître l’existence d’un être incausé. Répétons-le encore une fois : le premier acquis de notre recherche philosophique est très simple, mais il est très robuste ; c’est qu’il existe nécessairement un être incausé. Sur ce point, nous prétendons que l’accord doit se faire parmi tous les philosophes, athées ou théistes. Le seul principe solide est que « tout effet a une cause » ou encore que « tout être contingent a une cause ». À partir de là, la vraie question est de savoir si l’univers, par exemple, est un être contingent, ou bien s’il existe par soi. Mais l’existence d’au moins un être incausé est hors de doute. La question malicieuse des antithéistes – qui a causé Dieu ? – est donc totalement absurde. Elle se ramène en effet à demander : « Qui a causé l’être incausé ? » Or, il va de soi, aussi bien pour les athées sérieux que pour les théistes, qu’il existe nécessairement un être incausé et que cet être incausé, par définition, ne saurait avoir de cause. Toute la dispute entre athées sérieux porte sur l’identification de cet être incausé. La vraie bonne question n’est pas : « Qui a causé Dieu ? », mais : « Pourquoi l’être incausé serait-il un être transcendant et non l’univers ? » Ou encore : « Pourquoi l’univers ne serait-il pas Dieu ? » Il n’est plus question de savoir s’il existe ou non un être incausé. La dispute sur ce point ne sépare pas les athées des théistes, mais les scientistes des philosophes. »</div><div class="reference-citation">Frédéric Guillaud, ''Dieu existe'', p.118-119, Éditions du Cerf, Paris, 2013.</div>  
<div class="citation">« Pour le tabac et l’alcool, il peut être admis que le danger naît de l’abus, ce qui ne semble pas le cas des stupéfiants. »</div><div class="reference-citation">Eric de Montgolfier, ''Drogues : Pourquoi la légalisation est inévitable'', p.219, Denoël, 2011.</div>  +