Après la Deuxième Guerre mondiale, la CGT a muselé et réprimé toute opposition à sa gauche

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument

[ + Ajouter un résumé ]

Citations [ modifier ]

« En se revendiquant des idées communistes, même largement frelatées, déformées par le stalinisme, le nationalisme, l’électoralisme, le PC et la CGT entretenaient malgré eux l’idée que le prolétariat avait des intérêts opposés à ceux de la bourgeoisie et l’espoir d’un changement radical de société. En cas de radicalisation, ils couraient le risque d’être pris au mot et débordés par la base. C’est pour cela qu’ils muselaient toute opposition sur leur gauche. Si l’on trouvait à des postes de responsables des sans-partis, des socialistes, des militants issus de la Jeunesse ouvrière chrétienne voire des prêtres ouvriers, les militants d’extrême gauche ou les communistes dissidents, eux, en étaient exclus. Ils étaient attaqués physiquement dès qu’ils tentaient de s’adresser par tracts aux travailleurs. »
Lutte ouvrière, « Les syndicats hier et aujourd'hui », Cercle Léon Trotsky, 15/10/2010.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]