A partir de février-mars 1918 Lénine voyait l'impérialisme mondial comme le seul ennemi à combattre

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

En février et mars 1918 Lénine voyait l'impérialisme mondial comme son seul ennemi. En avril il renvoyait dos-à-dos ses anciens ennemis, Nicolas II et Kerensky. En fait "d'extermination de la bourgeoisie" ce dernier mourra dans son lit en 1970 ; à l'instar de la plupart des adversaires ou rivaux politiques (membres du gouvernement provisoire, marxistes rivaux tels que Kautsky et Julius Martov). La guerre internationale imposée par les alliés en est bien en avril 1918 une réalité puisque les Japonais, informe Lénine, viennent de débarquer en Sibérie.

Citations [ modifier ]

« « Nous avions jusqu'ici devant nous des ennemis lamentables, vils et dignes de mépris (du point de vue de l'impérialisme mondial), un Romanov imbécile, un Kerensky tranche-montagne, des bandes d'élèves-officiers et de fils à papa. Et maintenant se dresse contre nous le géant de l'impérialisme mondial, supérieurement équipé au point de vue technique et admirablement organisé. Il faut se battre contre lui. Il faut savoir se battre contre lui. (...) Cette lutte n'éclatera que lorsque la révolution socialiste embrasera les pays impérialistes avancés. » »
Lénine, Oeuvres de Lénine tome 27 février juillet 1918, p.60, 25 février 1918, Éditions Sociales, Paris, 1961.
«  Nous ne devons pas oublier à quel ennemi nous avons à faire. Les ennemis auxquels nous avons eu affaire jusqu'à présent : Romanov, Kerensky et la bourgeoisie russe — stupide, inorganisée, inculte, qui baisait la botte de Romanov et qui se mit ensuite à fuir avec des traités secrets dans sa poche — ces ennemis représentent-ils quoi que ce soit en comparaison de cette bourgeoisie internationale qui a fait de toutes les conquêtes de l'esprit humain une arme servant à réprimer la volonté des travailleurs et qui a su adapter toute son organisation à l'extermination des hommes ? »
Lénine, « Discours prononcé au Soviet de Moscou des députés ouvriers, paysans et soldats le 12 mars 1918 », Oeuvres de Lénine, tome 27 -février-juillet 1918., p.169, 12-14 mars 1918, Éditions Sociales, Paris, 1961 (Izvestias 14 mars 1918).
« « Ce n'est qu'aujourd'hui en me retournant sur le chemin parcouru et en voyant toute l'impuissance de la bourgeoisie, toute l'insignifiance des intellectuels saboteurs que je mesure l'énorme pas en avant que nous avons fait. Et pour continuer d'avancer avec succès, nous devons secouer l'ignorance et l'incurie, ce qui est beaucoup plus difficile que de renverser l'idiot Romanov ou ce benêt de Kerenski. L'Allemagne nous étrangle et le Japon nous attaque (...) Nous devons maintenant payer pour tout l'héritage du tsarisme, les régimes de Nicolas et de Kerensky. Quand nous aurons vaincu la désorganisation et l'apathie, nous arriverons par un travail incessant, à la grande victoire du socialisme.  »
Lénine, « Discours au meeting du manège d'Alexeevski, 7 avril 1918 », oeuvres de Lénine tome 27 février juillet 1918, p.232, 7 avril 1918, Éditions sociales, Paris, 1961.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent