A la différence des ordres d'exécution par Staline dans les années 1930 l'appel apocryphe à pendre 100 koulaks à Penza est resté inappliqué

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Présentation de l'argument [ modifier ]

Seulement 13 koulaks ont, le 12 août, été passés par les armes à Penza. Mais d'une part on réagissait localement en réaction aux exécutions par les koulaks, le 5 août, de huit communistes, d'autre part les communistes de Penza qui auraient reçu cet ordre ont désobéi sur un second point essentiel : ils ont fusillé les insurgés alors que l'ordre stipulait qu'ils devaient les pendre. Aucune sanction ne suivit cet acte d'insubordination à l'ordre présumé. Le premier point mis en relif selon nous par Lars T Lih montre que les 13 exécutions du 12 août à Penza ont été décidées sans relation avec un ordre politique quelconque

Citations [ modifier ]

« Dans le télégramme envoyé à Penza, il demande donc d'écraser un soulèvement paysan contre les livraisons obligatoires de denrées alimentaires qui a éclaté le 5 août. Des paysans du village de Kuchi ont tué cinq soldats de l'armée rouge et trois membres du soviet local (...) Alors qu'il a exigé la pendaison d'une centaine de personnes la rébellion s'arrête le 12 août avec la fusillade de treize meneurs du village de Kuchi, considérés directement responsables de la mort des représentants de l'Etat. »
Lars T Lih, Lénine une biographie, p.161, trois voyages en train, Les prairies Ordinaires, Paris, 2015.

[ ± Ajouter ou retirer une citation ]

Sous-arguments

[ ± Ajouter ou retirer un sous-argument ]

Objections

[ ± Ajouter ou retirer une objection ]

Références

[ ± Ajouter ou retirer une référence ]

Débat parent