Le revenu de base est un mode de rétribution adapté au capitalisme cognitif

De Wikidébats
Aller à : navigation, rechercher

Le développement du secteur tertiaire est la base d'une nouvelle économie dite « économie du savoir », ou « capitalisme cognitifLogo de l'encyclopédie Wikipédiacapitalisme cognitifLogo de l'encyclopédie Wikipédiacapitalisme cognitif », au sein de laquelle les compétences cognitives des travailleurs sont de plus en plus mises à profit. On demande ainsi de moins en moins aux travailleurs d'effectuer des tâches basiques et répétitives (comme celles d'un ouvrier d'une chaîne de montage), mais de plus en plus d'utiliser leur matière grise pour résoudre des problèmes, innover, créer. Or ce travail de recherche se mesure difficilement par le nombre d'heures passées sur le lieu de travail, puisqu'on continue parfois à réfléchir du travail hors de son temps professionnel. Le travail empiète de plus en plus sur la vie privée, ce qui tend à remettre en question la séparation des sphères professionnelle et privée. Le revenu de base, puisqu'il reconnaît et rétribue la contribution de chacun à la société, sans distinguer ce qui relève de la sphère professionnelle de la sphère privée, est en ce sens un mode de rétribution adapté au capitalisme cognitif (plus adapté, du moins, qu'un salaire calculé sur la base d'un certain nombre d'heures de travail).

Débats connexes

Faut-il instaurer un revenu de base ?